Le moi le cristal et l´eau

Ivani Santana

Multiple,

Cela pourrait bien être …

Je ne sais pas danser la samba, je ne suis pas religieuse, je ne suis jamais allée au candomblé, je ne comprends rien au foot, je n´aime pas le carnaval, mais je sais que je suis brésilienne”.

C´est ainsi que moi je me sens, mais la métaphore pourrait servir à beaucoup d´autres non identifiés au Brésil “ exotique”. Le projet utopique d´un nouvel Eden – le nouveau monde- créé un jour par nos colonisateurs a inexorablement apporté la subjectivité de la différence= ce qui nous différencie des autres (étrangers) est cette différence même incarnée comme nation, qui n´est plus entendue comme une.

Une oeuvre qui aborde la question de la RECHERCHE du MOI en pleine crise d´appartenance, comme l´affirme le sociologue polonais Zygmunt Bauman. La recherche de la permanence d´une subjectivité dans son processus transitoire. La recherche de traits identitaires, non découverts, mais inventés, commercialisés et consommés.

LE MOI LE CRISTAL ET L´EAU met en scène notre recherche permanente par rapport à ”qui nous sommes”, ce qui nous identifie et nous singularise comme personne, comme citoyen, comme partie d´une société ou d´une nation. Pour parler de notre identité nous sommes partis de la condition d´être brésiliens. Néanmoins, l´oeuvre ne prétend pas discuter “L´” identité brésilienne, au contraire, elle questionne jusqu´à quel point nous sommes ou les autres (sont) les définisseurs de cette identité. Ce qui nous intéresse est de discuter la recherche et non pas d´affirmer une identité.

Le MOI du titre pourrait nous amener à la compréhension des singularités et des appartenances (sociales, religieuses, culturelles, sexuelles…), mais nous avons parié sur l´idée (de la recherche) de l´identité pour son aspect irrévocable d´altérité et de transitoriété. C´est pourquoi dans la séquence “L´EAU”, nous nous montrons conscients de nos idiosyncrasies, lesquelles ne font sens que parce que justement elles n´appartiennent pas à l´autre, étant différentes de celles que le voisin possède. Nous savons pourtant, que de telles caractéristiques ne peuvent être figées comme ”LE CRISTAL”. Comme l´affirme Zygmunt Bauman, nous sommes les êtres fluides d´une modernité (contemporanéité) liquide. Nous sommes des êtres culturels et, par conséquent, processuels car tant l´être humain ( brésilien) que la culture (brésilienne) sont indissociables et sont en constante transformation.

Le MOI LE CRISTAL ET L´EAU fait une réflexion comme il provoque un questionnement sur ces corps bio-psychico-socio-économico-culturels, dans leur recherche d´appartenance à l´existence transitionelle si abrupte en ces heures de culture digitale. Ce contexte appartenant au monde globalisé, aux métropoles toujours sur le qui-vive, à un système turbulent et vertigineux, où les frontières ont été effacées, troquant le crible géographique pour la spécificité du virtuel.

Nous avons mis en évidence la recherche démesurée de l´appartenance à un MOI contextualisé (Brésilien?) construit entre la permanence – la parcelle “CRISTAL” et la transformation – sa condition d´”EAU”.

LE MOI LE CRISTAL ET L´EAU est un spectacle créé par l´articulation de la danse et des nouveaux médias. La poétique de l´oeuvre émerge à la fois des faits produits en temps réel par les danseurs, et des images générées par des capteurs accouplés à leurs corps ainsi que par la sensibilité du système au milieu, par l´action intelligente de dispositifs automates (robots), par l´ambiance sonore (voir la conception musicale) et par le public lui-même (voir la conception scénographique). La relation danse/ nouveaux médias se configure tant par l´usage de cet appareillage technologique en scène que, (pour moi, principalement) par la réflexion critique sur l´implication de la société (dans ce cas brésilienne) dans la culture digitale. Ainsi, l´utilisation des nouveaux médias n´apparait pas comme un outil facilitateur, mais comme un contenu imbriqué dans la propre conception de l´oeuvre.

Conception et Direction: Ivani Santana

Danse et création: Flavia Castagno, Hugo Leonardo, Ivani Santana, Juliana Rocha, Maria Fernanda Azevedo, Thainah Aquino

Musiciens: Edbrás Ferreira, Nãna Dias

Robotique: José Messias Pereira dos Santos Junior e Mariana Desiré Reale Batista

Lumiéres: Pedro Benevides

Scenografie: Igor Souza

Costumes: Carol Diniz, Igor Souza e grupo

Conception des images multimédia et production: Ivani Santana

Assistante multimédia: Maruzia Almeida Dultra

Photo: Fernanda Sampaio

Production: Grupo de Pesquisa Poética Tecnológica na Dança (GP Poética)

Coproduction: Ballet Preljocaj and Monaco Dance Forum

Avec le soutien de: Escola de Dança et Programa de Pós Graduação em Artes Cênicas (UFBA)

Remerciements: UNESCO e Tereza Wagner, Dominique Passet, Moacir Gramacho, Antonia Pereira, Beth Rangel, Forum de Combate a Violência, Nelson Preto, Centro de Processamento de Dados (UFBA), Luiz Claudio Mendonça, Monique Berjeaut, Naisa Brito, Giuliano Obici, Catarina Gramacho, Maurício Bussab e Bojo, Alberto Possas, Sergio Farias e Leandro Grimaldo Cinelli.

Abordagem cênica

Trata-se de uma “ocorrência” de dança que propõe uma exploração espacial e imagética de imersão e interação em comunhão com o público. É na emergência promovida por esse sistema, na sua auto-organização, que irrompe a poética da obra em face do relacionamento de todos os elementos envolvidos. É neste exato local e nesse tempo específico, que a obra ganha sua possibilidade de existência e uma poética pode emergir. Cada “sujeito” da obra (dançarino, público, robôs, imagem sonora e visual) é um agente ativo do espetáculo.

Essa proposta parte da compreensão que qualquer sistema funciona a partir da relação entre o que permanece (taxa de estabilidade, nossos propósitos) – que o título anuncia como “CRISTAL” – e o que muda (taxa de instabilidade, as emergências possibilitadas no próprio instante da apresentação pelo contexto imerssivo e de intereação entre dançarino, público e mídias) – “A ÁGUA”.

taxa de estabilidade = propósitos: O dançarino cria no instante da obra imbuído do objetivo do todo e de cada cena em específico (sub-propósitos). Rompe-se com o entendimento de coreografia. À esse processo foi dado o nome de “propósito”. É ele que estrutura e garante a concepção da obra.

taxa de instabilidade = emergências: os dançarinos, a partir de um propósito claro e definido, tem a possibilidade de criar no ato da apresentação deixando emergir situações, movimentos e relações possíveis apenas por aquele determinado contexto gerado a cada instante do espetáculo em interação com o público, imagens e robôs. Portanto a instabilidade estará sempre ocorrendo e transformando a obra.

Desta forma, compartilhamos com o pensamento contemporâneo o qual nos ensina que a permanência e a transformação co-existem e que o conhecimento não é algo para ser visto da janela, com distanciamento, pois estaremos sempre implicados nele.

Estas obras são frutos da pesquisa iniciada por Ivani Santana em 1994 e, atualmente, pelas discussões conceituais e experimentos práticos realizadas pelo Grupo de Pesquisa Poética Tecnológica na Dança formado não apenas por dançarinos mas também por músicos, videastas, engenheiros da computação e diversos profissionais ligados as novas mídias.

Written by

No Comments Yet.

Leave a reply